Au 1er avril 2017, certaines allocations ont été revalorisées. C’est le cas de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Le montant mensuel de l’AAH à taux plein est passé de 808,46 à 810,89 euros, soit
une hausse de 2,43 euros.

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) a augmenté de 2, 43 euros le 1er avril 2017.

Tout comme certaines prestations sociales et familiales qui se voient appliquer le même régime (RSA, Prime d’activité, AEEH…), la revalorisation annuelle s’opère sur la base de l’inflation de l’année précédente. Cette année la hausse a été de 0,3 %. D’où cette augmentation de 2,43 euros par mois pour l’AAH, qui va donc passer de 808,46 euros à 810,72 euros.

Pour rappel, l’an dernier, la hausse avait été encore moindre (0,1%), l’inflation ayant été quasiment nulle, l’AAH n’avait augmenté que de 0,81 centimes.

Cet ajustement de quelques euros est l’occasion de pointer à nouveau le montant trop faible de l’AAH. Pour rappel, l’Unapei milite pour une revalorisation de l’AAH au-delà du seuil de pauvreté (d’environ 1000 euros/mois aujourd’hui) pour les personnes handicapées mentales ne pouvant pas travailler.

6 avril 2017 par Pauline Deschamps (Unapei) 


Rappel des propositions des candidats à la présidentielle sur ce sujet :

  • François Fillon indique qu’il ne proposera pas d’augmenter les prestations sociales à défaut de savoir comment les financer.
  • Benoît Hamon propose d’augmenter l’AAH de 10% dès 2017 et de supprimer la prise en compte du revenu du conjoint dans le calcul de celui-ci, ainsi qu’articuler l’AAH et le revenu universel d’existence pour que toute personne en situation de handicap dans l’incapacité de travailler puisse toucher plus de 1000 euros par mois.
  • Emmanuel Macron propose de porter l’AAH au-delà de 900 euros par mois.
  • Marine Le Pen considère qu’il n’est pas acceptable que l’AAH soit en dessous du seuil de pauvreté et indexé au revenu du conjoint et propose de lutter contre les effets de seuil et de donner plus de moyens au MDPH.
  • Jean-Luc Mélenchon propose d’augmenter l’AAH au niveau du SMIC net (environ 1150 euros/mois) pour les personnes dans l’incapacité totale de travailler, et de réexaminer en lien avec les associations, citoyens et professionnels, les critères d’attribution des allocations.
  • Nicolas Dupont Aignan propose de revaloriser l’AAH de 200 euros, d’accorder une part fiscale entière aux familles ayant un enfant en situation de handicap, et de faire bénéficier aux personnes handicapées d’un titre ouvrant droit à des réductions.
  • Jacques Cheminade propose d’augmenter l’AAH à un niveau proche du Smic net.